ACTUALITÉS

Incubateur TAg22 - ZOOM sur les projets de la promo #4

(10/05/2021)

TAg22 lance son 5ème appel à projets à destination des candidat·e·s souhaitant intégrer la nouvelle promotion (#5) de l’incubateur.
Pour l'occasion, nous vous proposons un zoom sur les projets de la promo #4. Ce mois-ci, nous vous présentons LES TY CO et CO&RANCE, après avoir présenté E.M.I.I. et SWING STEP au mois d'avril.

LES TY CO

Les Ty Co - Éco-lieux en habitats réversibles


En octobre dernier, Gabriel Jeanneau a rejoint le dispositif d’Incubateur TAg 22 pour développer un concept d’éco-lieux en habitats réversibles dans la région du Pays de Rance, qu'il a nommé « … Les Ty co ... ».

Alors que l'intérêt pour les habitats légers est grandissant (tiny-houses, maisons terre-paille, maisons ossature bois, yourtes...), peu de personnes sautent le pas car les formalités et démarches sont complexes. En proposant des parcelles aménagées et viabilisées, sur lesquelles il sera possible de louer / acheter un habitat déjà installé dessus, ou même y installer son propre habitat léger, Gabriel souhaite faciliter l'accès à ce type d'habitats. Et ce, en prenant appui sur les acteurs du territoire, car l'objectif est de s'adapter et de répondre au mieux aux besoins du territoire !
Gabriel nous explique son projet et ce que lui a apporté l'Incubateur TAg22.

Mais avant de commencer, Gabriel, qu’est-ce que l’habitat réversible ?

Le Ty Co - Gabriel JeanneauEn général, on parle d’habitat léger ou réversible pour une construction qui permet au terrain de retrouver son état initial si son propriétaire décide de la démonter, la transporter ou même la composter. Généralement, elle n’a pas de fondations ancrées dans le sol. Elle peut éventuellement en avoir, mais qui peuvent être retirées très facilement et sans préjudice pour la terre. Il existe une grande variété d’habitats réversibles : tiny-houses (micro maisons mobiles), maisons terre-paille, maisons ossature bois, yourtes…

Vivre dans une installation réversible, c’est faire le choix d’un mode de vie qui présente de nombreux attraits au regard des enjeux de développement durable. Les matériaux utilisés sont plus écologiques et ont une empreinte carbone faible. Ces constructions ne concourent pas à l’imperméabilisation des sols et préservent l’écoulement des eaux. Les modes de consommation des habitants d’habitats réversibles évoluent également : en faisant le choix de ce type d’infrastructure, ils réduisent leurs besoins en énergies et en biens de consommation.

C’est un logement écologique et durable mais aussi plus accessible financièrement. Je suis convaincu que l’habitat réversible peut apporter des réponses très pertinentes aux problématiques de logement et de pression foncière qui se développent sur notre territoire.

Il existe déjà quelques éco-lieux en habitat réversible en Bretagne. Qu’est-ce qui caractérise « Les Ty Co » ?

« Les Ty Co » a pour objectif de créer des éco-lieux en habitat légers en prenant appui sur les acteurs du territoire. L’ambition est de s’adapter aux besoins du territoire et d’y répondre au mieux : notamment sur des enjeux locaux clés tels que le logement, le développement durable, le vivre ensemble, le lien social et humain.

« Les Ty Co » aura pour vocation de permettre aux personnes qui souhaitent vivre en habitat léger de pouvoir réaliser cette ambition, sans avoir à accomplir toutes les formalités et démarches complexes que cela implique. Je souhaite que plusieurs possibilités s’offrent aux futurs habitants :

louer une parcelle aménagée et viabilisée, ainsi qu’un habitat déjà installé dessus. Ce sera donc un habitat « clé en main » : c'est-à-dire que le futur habitant n’aura aucune démarche à réaliser ni en matière d’urbanisme, ni d’aménagement, ni de construction.
louer une parcelle aménagée et viabilisée, et acheter un habitat déjà installé dessus. Là aussi, l’objectif est de simplifier toutes les démarches du futur habitant qui sera propriétaire de l’habitat.
louer une parcelle aménagée et viabilisée, sur laquelle le futur habitant pourra installer son habitat qu’il aura acheté ou construit lui-même.

De plus, j’aimerais que la vie sur ce lieu revêtisse une dimension participative à travers la mise à disposition d’espaces et d’infrastructures partagés ; par exemple : une salle commune, une laverie, des espaces extérieurs de jeu et de loisir, jardin partagé…

Raconte-nous, comment est né ton projet ?

Le Ty Co - Gabriel JeanneauDe 2014 à 2019, j’ai été Directeur des Ressources Humaines de l’appellation Cognac. J’ai pu contribuer à la mise en place de commissions, de groupes de travail et de programmes en matière de développement durable. J’ai ainsi pris pleinement conscience des enjeux de transition économique, sociale et environnementale à l’échelle d’un territoire.

Dans ce même poste, tout en exerçant mes responsabilités de gestion de la centaine de salariés de l’appellation, j’ai également assumé des fonctions de représentation et de défense des intérêts de la filière Cognac en matière d’emploi et d’attractivité du territoire. J’ai pu appréhender le fait que la pénurie de logement et la pression foncière sont des problématiques conséquentes tant pour ceux qui vivent déjà sur le territoire, que pour ceux qui s’y installent.

Enfin, j’ai consacré ces deux dernières années à aller à la rencontre de l’autre, à voyager en Europe et en Amérique du Sud, à visiter des lieux « alternatifs ». J’ai rencontré de nombreuses personnes qui rêvent de vivre dans un habitat léger pour diverses raisons : réduire son impact sur l’environnement, adopter un mode de vie plus minimaliste et qui soit moins dans la consommation de masse… Mais elles ne parviennent pas à réaliser cette transition. En effet, les difficultés sont beaucoup trop nombreuses : pression foncière, complexité administrative et contraintes en termes d’urbanisme, marginalisation des modes de vie dits « alternatifs ». J’ai été touché par cet état de fait : comment permettre à ces personnes de réaliser ce rêve ? Pourquoi ne pas créer des lieux sur lesquels l’implantation d’habitats légers sera facilitée ? C’est ainsi que m’est venue l’envie de mobiliser les acteurs du territoire pour prospecter des lieux dédiés à la construction d’habitats légers : mairie, agglomération, bailleurs sociaux, professionnels de la construction et de l’immobilier...

Pourquoi avoir choisi d'être accompagné par l’Incubateur du TAg22 ? Que t'a-t-il apporté ?

Cet Incubateur a été une évidence pour moi, d’abord parce qu’il est essentiel d’être soutenu pour créer une entreprise. Ensuite grâce à sa dimension ESS et aux mises en relation qu’il favorise. Mais ce sont aussi la souplesse et la personnalisation de l’accompagnement du TAg22 qui m’ont bien correspondu : des interventions et formations ciblées, en fonction de mes besoins.

Le TAg22, c’est aussi un accompagnateur dont le professionnalisme m’a d’emblée paru clé pour la bonne réussite de mon projet : les revues de projet régulières et structurées avec Adrien Arnaud sont des temps qui favorisent une bonne prise de recul.

Aujourd'hui, quel est le stade d’avancement de « Les Ty Co » ?

Le développement d’un tel projet s’inscrit dans un temps long et implique l’intervention de beaucoup d’acteurs. Sa réalisation sera jalonnée par de nombreuses phases : conception, étude de faisabilité, concertations, validations, permis d’aménager, travaux d’aménagement et de viabilisation, construction et installation des habitats, accueil et intégration des habitants, gestion du lieu…

Ces derniers mois, accompagné par le TAG j’ai travaillé intensément à la conception de ce projet. En parallèle, j’ai eu l’opportunité de l’exposer aux élus de la mairie de Lanvallay. Ils ont été réceptifs et sont intéressés à l’idée de l’implanter sur leur circonscription. A mon sens, il s’agit d’un territoire idéal pour mener ce projet : une ville à échelle humaine qui a beaucoup de charme et qui présente des traits à la fois urbains et ruraux, contigüe à Dinan et positionnée sur la route de Rennes, des services de mobilité qui offrent la possibilité d’adopter des modes de déplacements davantage écologiques, sans oublier une ambition locale de repenser le territoire.

Avec des professionnels de l’urbanisme et de la construction, je vais initier une étude pour appréhender plus en profondeur les contraintes techniques, réglementaires et financières quant à la construction en habitat léger. Cela permettra de disposer de tous les éléments d’information indispensables afin de mener ce projet.

Enfin, je m’implique avec énormément de plaisir dans l’aventure « Co&Rance », menée par Mikaël Pépin, Hosaena Sande, Marie-Jo Bohec et Philippe Sergent sur la ferme de La Ville Josse, à Evran… De belles rencontres qui ont été rendues possibles grâce au TAg22. Au-delà du fait de partager de valeurs communes, nos projets présentent de nombreuses synergies. Plus particulièrement avec l’atelier partagé « Reprendre la main » dans lequel je m’investis personnellement. On réfléchit à l’éventualité d’y construire des habitats légers dans un avenir plus ou moins proche…

As-tu un appel à lancer, une demande particulière, quelque chose de spécial à dire ?

Comme je viens de l’évoquer, je rentre dans une phase d’étude avec des professionnels de l’éco-construction, de l’urbanisme, de l’immobilier. Si certains professionnels de la filière sont intéressés par « Les Ty Co », qu’ils n’hésitent pas à me contacter. Tout échange sur ces sujets sera toujours très enrichissant !

 

------------------- CONTACT -------------------
Les Ty Co
Gabriel Jeanneau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

CO&RANCE

CO&RANCE - Lieu ressource favorisant l'économie sociale et solidaire

Installé à La Ville Josse à Evran depuis le début de l’année, Co&Rance est un lieu “ressource” qui rassemble et assure la coordination de plusieurs associations, professionnels du soin et du bien-être, artistes locaux et différentes autres dynamiques locales qui œuvrent dans l’économie sociale et solidaire.

Porté par Hosaena Mulugeta Sande, Mikael Pepin, Marie Jose Bohec et Phillipe Sergent, ce projet s'inscrit dans une démarche : démontrer qu’il est possible de retrouver davantage de synergies et de cohérence entre l’homme et la nature, tout en restant pleinement ouvert et intégré au territoire.
L'accompagnement dont ils ont bénéficié par l'Incubateur TAg22 leur a permis d’ajuster et de mûrir leur projet, ils nous racontent tout !

Dites-nous, comment est né votre projet Co&Rance ?

Notre projet est né de la rencontre de quatre personnes, chacune particulièrement active dans la vie associative locale et visant une certaine autosuffisance, puis est venue l’envie de partager un lieu pour en faire un projet plus global. Après presque un an de recherches et grâce au soutien de la mairie d’Evran nous avons pu acquérir un lieu magnifique situé au 47 La Ville Josse, dans un corps de ferme avec 2.5 hectares de terrain. Le lieu et nos parcours respectifs ont créé Co&Rance.

CO&RANCE - MandalaNous proposons déjà plusieurs activités :
• "Le jardin des hérissons", qui est un jardin pédagogique axé sur l'agroécologie et la permaculture ;
• "Reprendre la main" qui est une recyclerie créative qui propose un accompagnement au travail du bois et du métal, ainsi qu'à la fabrication d'objets à partir de matériaux récupérés.

Nous travaillons activement pour en développer d'autres très bientôt... D'ici 2022 : une salle de formation, des salles de soins qui accueilleront des thérapeutes en médecine douce, des événements autour de différentes dynamiques du territoire, des visites du futur "jardin remarquable", et aussi une activité de tourisme durable qui va nous permettre de recevoir une population variée à la fois à travers un camping, mais aussi des chambres d'hôtes.

Co&Rance accueillera également très prochainement des expositions artistiques permanentes comme temporaires, tant à l'intérieur du bâtiment que dans le jardin.

Nous envisageons également à moyen terme de créer une salle d'art plastique dédiée aux artistes, une salle de répétition pour les musiciens, une salle de yoga, des salles d'évènementiels et un espace de coworking pour accueillir des projets d'entreprise en adéquation avec les valeurs du lieu. Mais aussi des gîtes, un bistrot afin de promouvoir les rencontres et les échanges intergénérationnels et interculturels, une boutique pour vendre les produits créés par les associations et producteurs locaux (plantes, semis, créations de la recyclerie...).

Afin de mieux vous connaître, pourriez-vous vous présenter ?

CO&RANCE - Vue aérienneHosaena Mulugeta Sande : Je suis éthiopienne, passionnée par la culture et j'ai eu la chance de pouvoir parcourir le monde. Puis je me suis installée en Bretagne il y a 5 ans, et depuis je m'imprègne de la culture locale et j'aspire à créer mon projet de vie en accord avec la nature et l'humain. Expérimentée dans le tourisme international, cette passion a commencé pendant mon master en gestion hôtelière internationale où j'ai écrit ma thèse sur le tourisme durable et les solutions qu'il peut apporter. A travers mes études et mon parcours de vie j'ai vu les dérives du système et du tourisme conventionnel, de là est née mon envie de participer à la création de solutions nouvelles.

Mikael Pepin : Je suis petit fils de paysan et pompier professionnel depuis 24 ans. Après une période d'introspection et de prise de conscience sur différentes problématiques globales, j'ai lancé le mouvement des Incroyables Comestibles en janvier 2015 sur la commune de Lanvallay. J'ai également créé une association locale, ACTIF Pays de Rance, avec pour objectif de regrouper les dynamiques du territoire autour du concept des villes et territoires en transition. J'ai ensuite monté un jardin pédagogique, « Le Jardin des Hérissons » avec Marie Jo, sur la commune des Champs Géraux.

Marie Jose Bohec : Après 30 ans d'expérience professionnelle en maraichage biologique dans le Finistère, j'ai décidé de me lancer dans la transmission de mes savoirs en agro-écologie et permaculture, notamment en création de jardins "mandala", et maraîchage sur petites surfaces. J'ai enseigné au sein de « Terre et Humanisme » pendant 3 ans, ensuite j'ai créé « Le Jardin des Hérissons » avec Mikael et je continue à faire ce que j'aime avec une équipe jeune et dynamique.

Phillipe Sergent : Après une carrière professionnelle dans le monde de l'artisanat, je me suis rendu compte que de la conception à la réalisation il y a des savoirs-faire qui se perdent. De là, j'ai créé l'association « Reprendre la main » et je me suis lancé dans la transmission de mes connaissances en menuiserie, électricité et différentes autres formes d'artisanat. A travers le travail du bois notamment, j'aide les personnes à reprendre la main sur leur parcours de vie.

Pourquoi avoir intégré la promo #4 de l'Incubateur TAg22 ? Que vous a-t-il apporté ?

Nous avons choisi d'intégrer l'Incubateur TAg22 car le programme permet d'ajuster et de mûrir notre projet avec l'accompagnement d'une équipe de professionnels très variée.

Le TAg22 nous a apporté avant tout une certaine bienveillance : le programme permet de se sentir soutenu par une équipe qui nous amène à nous poser les bonnes questions sur l'avancée de notre projet. La dynamique entre incubés et autour d'Adrien Arnaud (responsable du dispositif TAg22) a été une source d'inspiration pour entrer dans la phase de réalisation de nos rêves.

Je pense que tous les incubés seront d'accord sur ce point : quand on crée son entreprise, il y a des hauts et des bas... Et l'ambiance d'entraide et de partage de nos aventures respectives, nous aide à surmonter les moments difficiles. Il nous a aussi apporté du pragmatisme, le TAg22 nous a permis de trouver des solutions pour temporiser les effets de la crise sur le lancement de notre projet.

Aujourd'hui, où en êtes-vous dans votre projet Co&Rance ?

Aujourd'hui nous terminons l'installation des deux associations existantes et préparons la création d'une association de préfiguration pour lancer les activités de l'entreprise.

Nous préparons aussi un programme d'activités pour cet été qui comprendra notamment des stages, des formations, des journées pédagogiques autour :
◦ du jardin, de la nature, des plantes,
◦ de l'atelier, du travail du bois et du low-tech,
◦ de l'art et de la culture,
◦ des soins et médecines douces.

Nous travaillons également à une programmation pour la rentrée scolaire 2021/2022.

Enfin, nous allons également travailler sur les différents investissements et travaux d'aménagement de la ferme ainsi qu'à leur financement.

Avez-vous un appel à lancer, une demande particulière ?

En effet, nous avons plusieurs appels à lancer :
◦ Si vous êtes artiste et que vous aimeriez participer à mettre de la couleur et de la vie dans notre lieu,
◦ Si vous êtes un praticien du bien-être et que vous cherchez un lieu pour exercer,
◦ Si vous avez des déchets végétaux qui peuvent être utilisés en tressage végétal (bambou, osier, sols, noisetier etc...),
◦ Si vous êtes curieux et partagez nos valeurs,
◦ Si vous souhaitez participer à nos différents chantiers participatifs...

Venez nous voir ! Nous sommes ouverts tous les mardis après-midis de 15h à 18h et le 2ème et 4ème samedi du mois de 9h à 12h.


Quelque chose de spécial à dire ?

Un conseil, si vous rêvez de créer votre propre entreprise, n'hésitez pas à vous lancer avec un bon accompagnement et la dynamique de l'ESS ça se construit petit à petit !

------------------- CONTACT -------------------

CO&RANCE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
07 85 77 53 50 / 06 78 75 47 32
 
Le Jardin des Hérissons
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 68 58 60 17 / 06 78 75 47 32
www.facebook.com/jardindesherissons
 
Reprendre la Main
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 74 21 28 45 / 07 85 77 53 50
www.facebook.com/Reprendre-la-main-1764202630567906

 

(09/04/2021)

E.M.I.I.


E.M.I.I. Espace de loisirs pour grands enfants curieux d'Histoire(s)


Quand Delphine Guglielmini a suivi sa formation CREOPSS en 2019-20, elle a étudié ce projet qui lui tenait à cœur : un musée alternatif, vivant, participatif. E.M.I.I., c'est donc un Espace Muséal Immersif & Inspirant.

Un musée participatif (dans le sens où la parole des habitant.e.s et touristes est centrale), c'est un parcours de scénographies sur l'histoire locale, un cabinet de curiosités mettant en valeur des personnalités locales ou des actions collectives, une boutique de produits dérivés culturels et des ateliers de pratique artistique et créative, avec de l'événementiel pour dynamiser le futur lieu.
Avant de voir sortir de terre un tel musée collaboratif, il convient de construire d'abord une dynamique et de fédérer des personnes volontaires, physiques et morales (particuliers, artisans, entreprises, collectivités) autour d'un "épicentre" culturel et touristique commun, en territoire rural ou rétro-littoral. L'objectif est d'abord de construire les fondations d'une société coopérative avant de rechercher une adresse précise, car un bâtiment, c'est une charge.

A la suite du CREOPSS, intégrer l'Incubateur TAg22 était une évidence pour Delphine. Elle nous raconte son projet et ce que lui a apporté l'Incubateur.

Raconte-nous, d'où t'est venue cette idée de projet ?

E.M.I.I. - ActivitésJe suis architecte de formation, spécialisée en patrimoine, avec en parallèle, un goût prononcé pour les pratiques artistiques collectives. Je me suis également intéressée à la vie politique locale en étant élue conseillère municipale de ma commune d'adoption en 2008-2014. Aujourd'hui, tout en portant ce projet entrepreneurial, je fais partie de l'équipe de la SCIC KEJAL, du conseil de développement du pays de Saint-Malo (CODESEN) et suis en charge de la diffusion pour des artistes d'ici.

En suivant des chantiers de restauration, en assistant à des visites patrimoine où il n'y avait que des retraité.e.s, en constatant pourtant l'intérêt pour l'Histoire avec le développement des fêtes médiévales et autres reconstitutions même dans des séries à succès, je me suis interrogée : "Comment dépoussiérer notre vision du patrimoine, pour en extraire toutes les richesses utiles pour aujourd'hui et demain ? Les gens d'hier aimaient rire et vivre comme nous ; Comme nous, ils ont eu le souci de transmettre le meilleur d'eux-mêmes, non ?" De fil en aiguille, la question s'est transformée en : "Et si on créait un musée participatif entre Rennes, Saint-Malo et Dinan, on y mettrait quoi ?"

Pourquoi as-tu intégré l’Incubateur du TAg22 et qu'est-ce que ça t'a apporté ?

Lors de la soutenance orale de la certification "Entrepreneur.e de l'économie solidaire et du développement durable" en juin 2020, je voyais bien les actions qu'il me restait à faire, les recherches à compléter : j'avais besoin d'explorer encore davantage ce projet muséal alternatif. Mais surtout, la crise 2020-21 a complètement rabattu les cartes : ce sera quoi, la culture, le patrimoine, le tourisme de demain ?! Soit je passais à autre chose dans ma vie professionnelle, soit j'allais au bout de ce que j'avais commencé à esquisser. L'incubateur m'a donné la discipline de poursuivre mes recherches, m'a permis de rencontrer des élu.e.s, des chargé.e.s de mission, des expert.e.s que je n'aurais pas osé rencontrer de moi-même, seule. La force d'Adrien Arnaud est de garder un œil sur l'avancement du projet, d'avoir un regard extérieur à la fois bienveillant et stimulant. Et toujours avec calme. Et puis, il y a cette énergie du groupe aussi : on arrive chacun.e avec des projets qui ont du sens pour ce territoire. C'est hyper-inspirant.

Mais tout n'est pas rose, soyons clair.e.s : il n'y a pas de financement quand on est porteur.se de projet à ce stade d'avancement. La pression financière sur le quotidien est bien réelle. Les financeurs et les politiques cherchent de "l'innovation sociale" dans tous les domaines, sans se soucier de celles et ceux qui osent le premier pas. Sans forme juridique, on n'est rien ! Personnellement, j'ai failli tout lâcher plus d'une fois. L'autre point noir lié à la situation sanitaire cette fois, est l'étalement du calendrier et la difficulté de rencontrer des personnes en vrai. On a beau dire : le distanciel n'assure pas la même qualité de relationnel que lorsqu'on partage un thé ou un café.

Où en es-tu dans ton projet ?

E.M.I.I. - PhotoAujourd'hui, malgré la crise sanitaire, culturelle, politique, des subventions publiques, nous sommes 5 jeunes femmes de 18 à 41 ans, portées par ce projet un peu fou. Je ne suis plus seule et ça fait énormément de bien de partager nos points de vue et pratiques, même si la machine n'avance pas aussi vite que je le souhaite. Jeunes et avec un emploi en parallèle aussi, car la situation le nécessite. Donc, nous prenons le temps de nous connaître et de mieux connaître notre environnement et les habitant.e.s qui font ce territoire des Pays de Dinan et de Saint-Malo.

Ma force (Delphine) est d'être formée en entrepreneuriat de l'économie sociale et solidaire et du développement durable, et issue de l'architecture du patrimoine. Celle de Lucile est de connaître les besoins de l'Éducation nationale en terme de pédagogie, ludique notamment. Celle de Maïté est de travailler avec des partenaires culturels et d'assurer une gestion associative et événementielle. La force d'Emanuela est d'avoir un regard pointu de doctorante et d'italienne sur ce projet. Enfin, Bethsabée notre benjamine, a la culture et les mots intransigeants des jeunes sur des actions "patrimoine" habituellement créées par et pour des retraité.e.s. Par ailleurs, chacune a déjà eu l'expérience de travailler avec des municipalités. Notre projet associatif s’inscrit dans les champs de l’éducation au patrimoine, du tourisme rural et des loisirs créatifs éco-responsables. Le fait qu'il puisse être une réponse aux problématiques interculturelles du monde d’aujourd’hui nous motive vraiment.
Nous en sommes à la finalisation de l'écriture de nos statuts associatifs : il s'agit d'une association de préfiguration de SCIC (société coopérative d'intérêt collectif) qui se nommera probablement JOIE DE VIVRE ICI.

As-tu un appel à lancer, une demande particulière, quelque chose de spécial à dire ?

Cercle vertueux d'une SCICCréer une SCIC n'est pas simple et demande du temps, mais surtout de l'implication bénévole. Il s'agit de concevoir et de tisser de nouveaux échanges économiques durables, de mettre en place des partenariats solides. Dans des filières Patrimoine, Culture, Loisirs, Tourisme en fragilité économique qui plus est. Aujourd'hui, nous sommes aux prémices (aux pr-EMii-ces comme j'aime l'écrire) du réseau de partenaires. Dans la démarche idéale, un comité de pilotage de 6-8 professionnel.le.s est à constituer, puis une douzaine de réunions de travail collectif est à préparer, coordonner, animer, synthétiser. Je travaille cette méthodologie d'animation de réseau.

En parallèle, nous avons envie d'utiliser la première association JOIE DE VIVRE ICI pour gagner en visibilité à travers des actions de médiation culturelle courant 2021-22, pour nous tester aussi. Je lance donc un appel à tou.te.s : faisons en sorte que cette situation sanitaire s'arrête et que la dynamique culturelle reprenne ! De manière plus concrète, je demande à ce que les personnes qui seront contactées par nos soins se montrent ouvertes à ce projet coopératif. Et si certaines lectrices ou lecteurs se sentent motivé.e.s pour s'impliquer dans notre démarche, welcome !
Enfin, pour les futur.e.s incubé.e.s du TAg22 : montrez-vous persévérant.e.s et jouez en collectif. Même moi, j'aime ça maintenant !

------------------- CONTACT -------------------
E.M.I.I.
Association Loi 1901 de préfiguration de la SCIC d'acteurs et actrices du patrimoine en cours de constitution
Pays de Dinan et de Saint-Malo
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 78 35 30 30

 

SWING STEP


SWING STEP - Logo et photo


SWING STEP, c'est une méthode d’accompagnement pour que chacun puisse aligner ses choix et ses projets de vie pro / perso sur ses essentiels, et réinventer une vie qui lui ressemble. Elle s’appuie sur l’Expérience et des outils innovants et ludiques. Le tout sur un ton décalé… parce qu’on peut aussi apprendre en s’amusant !

Mais SWING STEP, c’est d’abord l’histoire d’une belle rencontre. Celle de 3 entrepreneuses de la Vallée de la Rance, Dorothée Bedell, Sophie Robert et Sylvie Guyot-Reine qui souhaitaient entreprendre "autrement" : en collectif, en remettant l’humain au cœur de l’entreprise, en permettant à chacun de trouver sa place. Intégrer l'Incubateur TAg22 leur a permis de structurer ensemble ce projet commun en tenant compte de leurs valeurs de partage, de collaboration, et d’envie de faire autrement. Nous avons souhaité en savoir plus.

Racontez-nous, comment est né ce projet ?

L’idée vient de nos parcours respectifs : nous avons créé le programme que nous aurions aimé trouver lorsque nous étions nous-mêmes en période de questionnement sur le sens et l’utilité de nos vies pro / perso.
* Sophie, en questionnement écologique : « Je souhaitais créer un projet à impact mais la seule réponse était le bilan de compétences avec une reconversion comme chargé(e) de mission en environnement. Puis j’ai poussé la porte de l’ESS avec une formation longue, Creopss, pour entreprendre autrement. Cette phase de questionnement aurait été plus efficace si je m’étais posée les bonnes questions dès le départ. »
* Dorothée, en questionnement professionnel : « Je venais de lancer il y a un an ma propre entreprise mais je me suis sentie très vite rattrapée par mes propres peurs et doutes car je n’avais pas suffisamment pris le temps de savoir si ce projet était complètement aligné avec mes besoins du moment. J’ai voulu rebondir rapidement sans m’interroger sur la notion de sens et j’ai finalement perdu beaucoup de temps et d’énergie en voulant en gagner ! »
* Sylvie, en questionnement pro et perso : « J’étais en démarche de développement personnel depuis plusieurs années afin de retrouver un équilibre entre ma vie pro et perso, mais j’ai quand même abouti à un burn-out professionnel car je ne m’étais pas posé d’abord la question de ce qui faisait vraiment sens pour moi et de ce qui m’animait vraiment. Mon accompagnement de l’époque était trop conceptuel et pas assez pratico pratique, j’ai perdu beaucoup de temps, d’énergie et d’argent… »

C’est ce temps et cette énergie précieuse que nous souhaitons faire gagner aux personnes qui ont pris conscience qu’elles ne souhaitent plus fonctionner comme avant mais qui pour autant ne trouvent pas de solution directement à leur mesure.
Swing Step c’est vraiment cette étape pleine de sens, pour que chacun se pose et puisse retrouver ses essentiels, prendre du recul et de la hauteur faire des choix éclairés avant d’impulser des changements dans sa vie comme par exemple intégrer un dispositif ou une formation qui lui correspondra ensuite complétement.

Notre posture est celle de la facilitation. Nous sommes là pour faire vivre des expériences, donner les clés et les ressources pour que chacun devienne acteur de son propre changement et contribue ainsi, à sa façon, à un monde en mutation.

Sophie Robert Dorothée Bedell Sylvie Reine
De gauche à droite : Sophie Robert, Dorothée Bedell, Sylvie Guyot-Reine


Qu'est-ce qui vous a poussé à intégrer l’Incubateur du TAg22 ?

Notre projet est collectif et l’incubation nous a permis de structurer ensemble ce projet commun en tenant compte de nos valeurs de partage, de collaboration, et d’envie de faire autrement. Pourquoi le Tag et pas un autre type d’incubateur type BGE ? Nous souhaitions placer le projet au cœur de l’économie sociale et solidaire. Entreprendre « autrement » pour nous avait autant de valeur que former autrement. Réinventer l’entreprise de l’intérieur et s’inscrire dans un écosystème plus vaste. Enfin, même en digital notre projet a son territoire au cœur. Nous mettons en lumière des talents locaux dans nos interviews, professionnels de l’accompagnement ou personnes inspirantes. Et bien sûr, dès que les mesures sanitaires s’allègeront, nous avons bien l’intention de réaliser nos lives dans des lieux atypiques du territoire pour les faire découvrir au plus grand nombre.

L’incubation au TAG 22 nous a permis d’adapter et de concrétiser notre projet grâce au soutien et à l’enthousiasme de notre coordinateur Adrien Arnaud, d’élargir nos horizons avec les interventions de professionnels et d’expérimenter la puissance du co-développement avec les autres incubés. Le TAG nous a permis de faire évoluer notre projet, d’être agiles dans cette période d’incertitudes et de mutation. Le TAG nous a permis d’oser et d’ouvrir le champ des possibles sans s’enfermer dans des schémas trop classiques, bref en un mot « d’entreprendre autrement » !

Où en êtes-vous dans votre projet ? Quelle est la prochaine étape ?

SWING STEP - Carnet de voyageNous sortons d’une période de 3 mois de test, humainement très riche, avec 35 testeurs d’horizons variés véritablement conquis par la pédagogie active de notre méthode bien au-delà de nos espérances. Nous avons pu constater nous-mêmes les premières transformations. En quelques semaines : une DRH qui va faire de la marche nordique avec une salariée de l’entreprise, une personne qui s’est remise à lire sur le tard et découvre le développement personnel, une autre qui a trouvé du temps pour elle dans la semaine et s’est remise en marche vers un nouveau travail, une entrepreneuse débordée qui retrouve un équilibre vie pro/vie perso…

Les retours nous ont également permis d’affiner le programme et de prévoir une commercialisation mi-avril via le site internet (en cours de finalisation). La page facebook @swingstep.fr elle existe déjà et nous y diffuserons prochainement les retours de nos testeurs ainsi que des extraits de contenu de nos supports, pour que les expériences soient palpables. La phase suivante, 2ème semestre 2021, c’est le présentiel bien sûr ! Nous travaillons sur des capsules de formation de plusieurs jours d’ici le mois de Septembre qui seront testées en Juin.

Avez-vous un appel à lancer, une demande particulière, quelque chose de spécial à dire ?

Ulule - Campagne de financement participatifNous venons de lancer une campagne de financement participatif pour la digitalisation professionnelle de notre offre, pour pouvoir proposer une plateforme qui facilite l’accès de nos contenus pédagogiques et pour favoriser la visibilité de notre programme. Merci à tous ceux qui souhaitent nous apporter leur soutien bien sûr. C’est important pour un entrepreneur de mesurer l’impact de son projet ! Les contreparties des dons font également vivre des associations et artisans locaux.

Et surtout, surtout, partagez la campagne ulule avec les personnes de votre entourage qui sont dans cette quête de sens, qui se posent mille et une question, et ne trouvent pas de réponses adaptées ! c’est l’occasion pour elles de découvrir le programme sur un mois pour le tester en douceur.

------------------- INFORMATIONS PRATIQUES -------------------

Du fait de cette période si particulière, SWING STEP a démarré avec une première offre en ligne : un format accessible au plus grand nombre, qui s’adapte au rythme et contraintes de chacun. Ce programme est vendu sous forme d’abonnement mensuel au prix unique de 29 € sans engagement. Il est donc possible de sortir et rentrer du programme comme on le souhaite. Chaque mois, une nouvelle thématique surprise est proposée (ex : la magie des rencontres, définir son cap pour l’année , son rapport au temps…) et déclinée avec une expérience différente à vivre chaque semaine de chez soi, dont une expérience sensorielle en Nature, et des boosters collectifs (un groupe privé FB, une interview d’une personne inspirante, des lives et un podcast).

SWING STEP
Dorothée Bedel, Sophie Robert et Sylvie Guyot-Reine
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
06 18 24 11 90
https://www.facebook.com/swingstep.fr
https://fr.ulule.com/swing-step/

 


 

Associations du Pays de Dinan, rejoignez l'opération "Collecte de journaux" pour financer vos projets !

(30/03/2021)

Réalisez une action écologique tout en assurant une source de financement régulière pour vos projets.

► Vous êtes une association locale ?
Collectez les journaux auprès de vos membres, familles, commerces… puis déposez-les à l’Esatco Les Pifaudais à Quévert. Ce qui était au départ un déchet est transformé en ouate de cellulose, un isolant écologique, par l’entreprise Cellaouate vers Morlaix. Votre association est ensuite rétribuée au poids de journaux collectés, sur la base de 70€ la tonne.

Découvrez le concept en vidéo !


► Vous êtes une entreprise ?

Faites don de vos journaux à une association locale dans le cadre de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) !

► Vous êtes une collectivité ?
Soutenez l'opération "Collecte de journaux" en relayant le projet auprès des associations de votre commune. Vous pouvez également proposer une aide logistique aux associations collectrices : mise à disposition de contenants ou d'un local pour le stockage, aide pour le transport...